Un site industriel intégré dans le paysage urbain

MAITRISE D’OUVRAGE : SYTRAL

MAITRISE D’OEUVRE : FERRAND-SIGAL Architectes mandataire, WSP BE TCE, CYPRIUM Economiste, EODD BET QEB, EAI Acousticien, ON Concepteur Lumière, QUADRIM Analyste Exploitation Maintenance

MISSION : BASE + MC + OPC

CONCOURS : Lauréat 2016

LIVRAISON : Etudes en cours

SURFACES : 12 479m² SU

COUT TRAVAUX : 27.6 M€ HT

PROGRAMME : Le projet porte sur la construction d’un bâtiment regroupant comprenant les activités d’exploitation, de maintenance et de remisage des bus pour le SYTRAL (Syndicat Mixte des Transports pour le Rhône et l’Agglomération Lyonnaise), à Lyon Confluence.

 PARTI ARCHITECTURAL : 

4 façades répondant à des problématiques urbaines différentes :

– Cours Suchet : la façade historique conservée est remise en état par un traitement approprié des pierres et une reprise des enduits et modénatures dans des teintes identiques à l’existant. Une seconde peau s’implante en retrait de ce voile. Par jeu d’opposition avec la massivité du voile maçonné existant, nous avons choisi de retourner la façade verre armé de la seconde peau de la serre. Le traitement minimaliste et répétitif du verre met en exergue le caractère historique du mur existant situé au premier plan.
– Rue Claudius Collonge : la bambouseraie répond au vis-à-vis avec le voisinage composé d’immeubles d’habitation. Face à l’exiguïté de cette rue et la nécessité d’occupation maximale de la surface au sol, cette façade se présente comme un filtre entre l’occupation résidentielle : filtre sonore et visuel. Sur une profondeur d’environ 1.50 m, des bambous sont plantés. Cette façade est composée comme un jardin vertical.
– Rue Bichat : cette rue concentre l’ensemble des accès à la maintenance, au remisage et au stationnement du personnel. Elle fait face à la Caserne de Gendarmerie.
– Quai Rambaud : la volumétrie répond à une homogénéisation altimétrique du bâti sur le quai. Le hall d’accueil s’étire verticalement dans un volume de grande hauteur dans l’angle Bichat/Rambaud. Les menuiseries des bureaux s’étirent horizontalement sur le paysage de la Saône.

Le projet architectural distingue un soubassement et une volumétrie haute détachée par une faille de verre :

– Le soubassement se pare d’acier corten, tons cuivrés.
– Le béton préfabriqué blanc unifie le traitement de la volumétrie supérieure.

 

Ces 4 façades ont un traitement noble. Les matériaux employés transcendent l’usage pour une intégration de ce bâtiment d’activités dans ce quartier résidentiel.

 

Des collines végétalisées en toiture :

L’implantation altimétrique du remisage libère les vues sur les Balmes depuis les immeubles rue Collonge. Le traitement de la toiture accompagne cette vue en se présentant comme des collines végétales telles que celles des balmes. Les collines végétales sont formées par des sheds qui ondulent parallèlement à la Saône. L’entrée de lumière se fait au nord/ouest. Elle est tamisée par le verre armé.

Un travail de la lumière souligne ce découpage pour participer à la qualité visuelle de ce projet depuis les berges de Saône et depuis les Balmes de Lyon.

Entre chaque sheds, une surface plane permet l’implantation de panneaux photovoltaïques orientés favorablement pour une optimisation de leur production. Depuis les immeubles voisins, ils sont dissimulés visuellement par les sheds.

En cœur d’îlot, entre les bureaux et le remisage, une terrasse protégée se propose en continuité des espaces de repos des agents, espace à investir par le personnel pour un usage de repos ou de détente sportive.